Accueil financement Pourquoi utiliser les crédits ?

Pourquoi utiliser les crédits ?

Les entreprises qui, au lieu d’être protégées par l’État, finissent par subir de farouches moqueries, qui affectent inévitablement les finances de ceux qui ont décidé de démarrer une entreprise avec courage et de leurs employés, victimes ultimement d’un système déformé. C’est le cas de Dusty, une entreprise engagée dans le domaine de l’hygiène de l’environnement depuis 1980 et emploie plus de 1 500 employés en Sicile. Aujourd’hui, cependant, par la bouche de l’administrateur Rossella Pezzino De Geronimo, il dit « otage de l’Etat ». La raison de sa colère ? Bientôt dit.

A lire en complément : Quels instruments financiers pour l'entreprise ?

« Les entreprises risquent d’échouer parce que l’Etat ne paie pas les factures et nous devons utiliser notre circulation en drainant l’oxygène à l’entreprise — a expliqué De Geronimo, dans les dernières heures interrogé également au Tg5 pour raconter son histoire — non seulement parce que le décret est toujours absent, mais aussi parce que le courant législation est faussée : vous pouvez compenser un crédit, certifié par le Mef, seulementquand arrive le « collecteur de créances » qui a aussi des mûres et des intérêts : mais pourquoi dois-je payer 40 % de plus à l’IRS ? Pour une dette que je pourrais rembourser tout de suite avec mon crédit ?  ».

A lire également : Les risques associés à un achat immobilier

Dusty peut compenser ses créances avec l’administration publique, plus de 15 millions d’euros, seulement pour les dettes courues jusqu’en 2017, c’est-à-dire quand ils ont déjà transformé en dossiers de dette grevé 40% plus de pénalités et d’intérêts. « Pourquoi dois-je payer un chiffre beaucoup plus élevé alors que le problème est que l’État ne me paie pas en amont ? — les merveilles De Geronimo — Nous ne sommes pas des évadeurs. Nous aimerions payer avec nos crédits certifiés, nous ne demandons rien d’extraordinaire ».

Le problème, cependant, réside dans un mécanisme cérébrellotique et n’est pas utile aux entreprises. L’ancien premier ministre Monti avait en effet introduit une plateforme télématique gérée par le ministère de l’Economie pourpermettent de compenser les crédits avec les administrations publiques, mais le système n’est pas automatique. Chaque année, un décret-loi autorisant à compenser les dettes contractées au 31 décembre de l’année précédente et celle inhérente à 2018, à l’heure actuelle, n’a pas encore été publié. Une belle et bonne injustice, un autre exemple d’une bureaucratie lente et fallacieuse qui fait obstacle aux entrepreneurs, en particulier à ceux qui ont les meilleures intentions.

Vous pourriez également être intéressé par : https://www.ilparagone.it/attualita/giovani-tecnologia-rovina-famiglie/

ARTICLES LIÉS