Accueil fiscalite Comment ne pas payer les impôts de succession ?

Comment ne pas payer les impôts de succession ?

impôt sur les successions et les dons (ISD) a été introduit en Italie en1991L’ , avec des taux progressifs de 3 à 33 % et un total déductible de 250 millions de lires.

Index

A lire en complément : Quelle est la taxation de l'assurance-vie ?

  • Quand il a été introduit et comment il a changé au fil du temps
  • Comment l’impôt sur les successions
  • Les types de biens exonérés
  • I pour et contre
  • Comment payer moins ou ne pas payer d’impôt

Quand elle a été présentée et comment elle a changé au fil du temps

En 2000, le gouvernement Amato a fortement réduit le champ d’application de la taxe , passant d’une allocation globale unique à des allocations pour chaque bénéficiaire, d’une valeur de 350 millions de lires chacune, et ramenant les taux à la fourchette actuelle de 4 à 8 %, sans plus de progressivité.

Après cette première, la taxe a ensuite été complètement abolie en 2001 par le gouvernement Berlusconi et finalement, en 2006, le gouvernement Prodi l’a réintroduit sur le modèle de celui en vigueur avant l’abolition, à savoir des taux bas et des franchises individuelles élevées, avec une structure restante inchangé à ce jour.

A voir aussi : Quelle différence entre impôts et impôts ?

Comment fonctionne l’impôt sur les successions

L’ impôt sur les successions et les dons (ISD) actuellement en vigueur en Italie s’applique à tous les héritages et dons entre les vivants , avec des taux et des franchises différenciés selon le degré de parenté entre ceux qui font et qui reçoivent le transfert d’actifs. Voici le détail :

  • pour les transferts au conjoint ou aux parents en ligne droite (enfants, petits-enfants, parents, etc.), le taux est de 4% de la valeur reçue (déduction faite de toute dette), mais chaque bénéficiaire a droit à uneallocation de 1 million d’euros, c’est-à-dire qu’elle ne paie pas d’impôt si la part de l’héritage ou du don qu’elle reçoit est inférieure à 1 million ;
  • pour les transferts aux frères ou sœurs , le taux s’élève à 6 %, avec une allocation pour chaque bénéficiaire de 100 000 euros ;
  • pour les transferts à d’autres membres de la famille jusqu’au quatrième degré , le taux reste de 6 %, mais aucune allocation n’est applicable ;
  • Enfin, pour les transferts à toutes les autres entités , le taux est de 8 % et il n’y a pas de franchises.

Les types de marchandises exonérées

Différents types de biens sont considérés comme exonérés de taxe et ne correspondent donc pas à la valeur totale de l’héritage ou du don. Les principales exemptions concernent :

  • obligations d’État italiennes et d’autres pays de l’UE ;
  • entreprises, leles succursales d’actions détenant ou contrôlant des sociétés de capital, si les membres de la famille droite ou le conjoint continuent d’exercer l’activité pendant une période d’au moins cinq ans à compter de la date du transfert ;
  • le TFR et les prestations fournies par les fonds de pension complémentaires ;
  • les véhicules inscrits au registre public de l’automobile ;
  • politiques de vie.

Les avantages et les inconvénients

Depuis un certain temps, on parle d’une éventuelle réforme de l’impôt sur les successions et de nouveaux actifs relatifs, puisque l’impôt en Italie est particulièrement bénéfique pour les contribuables.

Lors de l’évaluation des avantages et des inconvénients de l’impôt, il faut tenir compte du fait qu’une grande partie de la richesse importante est détenue à l’étranger, souvent dissimulée à l’IRS par le biais de mandats fiduciaires ou de fonds fiduciaires, et que l’impôt a tendance à affecter particulièrement les biens immobiliers de la classemoyen.

Comment payer moins ou ne pas payer d’impôt

Comme le rappellent Edoardo Frattola et Giampaolo Galli de l’Observatoire des comptes publics de l’Université catholique dans leur étude « Avantages et inconvénients de l’impôt sur les héritages et les dons », il existe différentes façons par lesquelles les personnes les mieux équipées financièrement peuvent « échapper » à l’impôt, légalement certain, mais encore en profitant.

Pour l’immobilier, par exemple, une façon d’éviter l’impôt est de placer la propriété nue d’un logement à l’un des futurs héritiers, en maintenant seulement l’utilisation de (ici nous avons expliqué comment le cadastre pourrait changer).

De même, en cointestant votre conjoint ou vos enfants vos comptes courants , vous pouvez exclure une partie de votre patrimoine financier de la valeur de l’axe héréditaire.

Enfin, le bénéfice des familles les plus riches est aussi l’exclusion des participations et des actions de contrôle des sociétés de l’axe héréditaire  : cette exemption, présente en Italie et sous diverses formes également dans d’autres pays européens, est motivée par l’idée que, en cas d’imposition, les il y aurait une forte incitation à ne pas coter les sociétés en bourse pour échapper à l’IRS.

Décourager la cotation de sociétés aurait probablement des effets négatifs tels que justifier cette exemption, mais cela signifie qu’une grande partie de la richesse des « vrais riches » n’est pas assujettie à l’impôt et peut donc être entièrement transmise d’une génération à l’autre. L’exonération est également motivée par le fait que, pour les petites entreprises familiales, l’impôt pourrait obliger les héritiers à régler leurs propres biens.

ARTICLES LIÉS