Accueil Défiscalisation Comment réussir sa défiscalisation 

Comment réussir sa défiscalisation 

Le paiement des impôts est l’une des obligations légales pour lesquelles la plupart des citoyens nourrissent une antipathie. Ou alors, face à la contrainte de s’en acquitter, ils ne veulent en payer que le moins possible. Oui, il est tout à fait légitime de développer cette réticence, les raisons étant spécifiques d’un individu à un autre. Mais plutôt que de se mettre à dos les services fiscaux et autres agents de la loi, il serait mieux de trouver des solutions efficaces pour une estimable défiscalisation. Découvrez ici les plus efficaces.

A lire en complément : Optimiser sa gestion fiscale : l'importance de s'entourer d'un expert compétent

La défiscalisation, qu’est-ce que c’est ?

La défiscalisation est l’ensemble de tous les moyens légaux à travers lesquels les impôts sont réduits. Par impôt, entendez un prélèvement qu’impose la puissance publique sur les ressources des personnes qui vivent sur son territoire. Ce sont ces impôts collectés auprès des contribuables qui sont affectés aux services d’utilité générale. Vous pouvez en savoir plus sur comment-defiscaliser.site.

Lire également : Quel mobilier peut-on déduire des frais de notaire 2021 ?

La défiscalisation passe soit par la réduction, soit par la déduction. À son tour, la déduction s’obtient par différentes méthodes. Mais la meilleure option parmi elles est celle relative à un investissement. À partir de cette mesure, l’administration fiscale se charge de réduire le revenu à verser, ou simplement d’imputer une charge déductible du revenu imposable.

Pour ce qui est des solutions proprement dites de l’allègement fiscal, l’investissement immobilier s’avère la meilleure alternative. Toutefois, elle est régie par des conditions au même titre que les autres solutions.

Les solutions de la défiscalisation

L’un des meilleurs mécanismes d’allègement fiscal se rapporte à l’abattement pour frais. En effet, il est intéressant de passer aux frais réels plutôt que de se contenter des 10 % représentant le pourcentage d’abattement par défaut.

L’autre méthode est de souscrire à une épargne retraite. Selon cette méthode, les sommes versées sont déductibles du revenu à partir duquel sera calculé l’impôt.

Outre les précédentes solutions, d’autres moyens basés sur l’investissement sont également alléchants. Il s’agit par exemple de l’investissement dans l’assurance-vie, dans une entreprise, dans des Fonds Communs de Placement pour l’Innovation (FCPI), dans des Fonds d’Investissement de Proximité (FIP), etc.

Par ailleurs, la défiscalisation via des investissements dans l’immobilier à partir de certaines lois dont la loi Pinel est désormais chose possible.

Dans l’un ou l’autre des cas, le choix de la défiscalisation se fait selon que l’on veuille alléger ses impôts sur la fortune ou le revenu, ou sur ceux fonciers, etc.

L’immobilier, meilleure alternative

Il est un secret de Lapalissade d’affirmer que les impôts sur les revenus sont ceux qui embrassent le plus de fonds. Dans ces conditions, il s’avère logique que les dispositifs de défiscalisation concernent plus le revenu, en l’occurrence ceux liés à l’investissement immobilier. 

Entre autres dispositifs, il faut évoquer la loi Pinel et son système de zonage qui défiscalisent par le truchement d’investissement locatif. Également, la loi Censi-Bouvard qui octroie des réductions d’impôts sur l’investissement dans les résidences de services, etc. C’est sans oublier que le dispositif basé sur le statut fiscal du bailleur meublé contribue également à la réduction d’impôt et peut s’étaler sur 9 ans.

En résumé, si vous avez bien cerné les contours des solutions ci-dessus proposées, la défiscalisation ne doit plus être pour vous une équation difficile à résoudre. Au contraire, vous aurez du plaisir à payer vos impôts, car ils ne seront plus au-delà de vos expectations. Il faudra juste bien s’y prendre, et le tour est joué. 

Les erreurs à éviter en matière de défiscalisation

Dans le domaine complexe de la défiscalisation, il faut éviter certaines erreurs qui pourraient compromettre les avantages fiscaux attendus. Voici quelques pièges courants à éviter :

La précipitation : Lorsqu’il s’agit de choisir un dispositif de défiscalisation, prendre une décision hâtive peut être préjudiciable. Il est crucial de prendre le temps nécessaire pour bien comprendre les mécanismes et les contraintes.

La mauvaise information : Se baser sur des sources d’information douteuses ou incomplètes peut conduire à des erreurs coûteuses. Il est essentiel de s’assurer de la fiabilité des informations avant de prendre des décisions.

L’ignorance des règles fiscales : Les règles fiscales sont complexes et évoluent régulièrement. Ne pas les connaître peut entraîner des erreurs de calcul ou des omissions qui auront un impact sur les avantages fiscaux.

Le manque de diversification : Investir uniquement dans un seul dispositif de défiscalisation peut être risqué. Il est préférable de diversifier ses investissements pour réduire les risques et maximiser les avantages fiscaux.

La négligence des contraintes financières : Il est capital de prendre en compte ses contraintes financières avant de s’engager dans un dispositif de défiscalisation. Ne pas le faire peut conduire à des difficultés financières à long terme.

En évitant ces erreurs courantes, il est possible de maximiser les avantages fiscaux liés à la défiscalisation. Il est recommandé de se faire conseiller par des professionnels compétents pour prendre des décisions éclairées.

Les avantages et inconvénients de la défiscalisation immobilière

La défiscalisation immobilière présente à la fois des avantages et des inconvénients que vous devez prendre en compte. Voici un aperçu des principaux points à considérer :

Réduction d’impôts : La défiscalisation immobilière permet de bénéficier d’une réduction significative de ses impôts, ce qui peut représenter une économie non négligeable.

Constitution d’un patrimoine : Investir dans l’immobilier offre la possibilité de constituer un patrimoine durable, qui pourra être transmis aux générations futures.

Rentabilité financière : Certains dispositifs de défiscalisation offrent aussi une rentabilité financière intéressante, grâce notamment aux revenus locatifs.

Diversification du portefeuille : L’immobilier permet de diversifier son portefeuille d’investissement, ce qui peut contribuer à réduire les risques.

Engagements long terme : Les dispositifs de défiscalisation immobilière sont souvent soumis à des engagements sur le long terme, parfois jusqu’à 12 ans ou plus. Il faut donc bien mesurer sa capacité à s’engager sur cette durée.

Contrainte géographique : Certains dispositifs de défiscalisation immobilière sont limités à certaines zones géographiques. Il est donc important de prendre en compte cette contrainte lors de son choix d’investissement.

Complexité des dispositifs : La défiscalisation immobilière peut être complexe à comprendre et à mettre en œuvre. Il est donc recommandé de se faire accompagner par des professionnels pour éviter les erreurs.

Risque de perte de valeur : Comme tout investissement, l’immobilier comporte un risque de perte de valeur. Il est donc essentiel de bien évaluer les perspectives de valorisation du bien avant de s’engager.

En prenant en compte ces avantages et inconvénients, vous pourrez prendre une décision éclairée concernant la défiscalisation immobilière.

ARTICLES LIÉS