Accueil assurance Risques de fraude dans l’assurance automobile

Risques de fraude dans l’assurance automobile

Faux incidents, évaluateurs complaisants et escroqueries sur Internet : Le crime pénalise les honnêtes et enlève les tribunaux. En Italie, nous payons les polices de voiture 100 euros de plus que l’Europe. Et avec les pertes augmente les pertes de la route aussi.

Lire également : Consolider ses économies d'assurance

Mise à jour RC Auto 06/03/2020

Le gouvernement a confirmé la validité, pour les néopatentates , de la prestation de la catégorie de mérite prévue par la nouvelle assurance automobile familiale Rc . Le « dossier d’assurance » propre de moins de cinq ans représente une période d’observation et non une condition pour détenir un certificat de risque d’au moins cinq ans pour le véhicule de catégorie différente auquel la meilleure catégorie disponible dans le ménage est destinée à être attribuée. Par conséquent, la défense des compagnies d’assurance qui ont interprété la norme excluant les néopatentates, qui ont eu une assurance pendant moins d’une période de cinq ans.

A lire également : Comment sécuriser la maison ?

Ivass, l’Institut pour lavigilance sur l’assurance, met en évidence le poids de la criminalité sur les poches des familles. RC Auto assurance en Italie souffre du taux élevé de criminalité sur les routes en Italie, où vous payez 100 euros de plus que le reste de l’Europe. L’écart a cependant diminué parce que jusqu’à il y a quelques années, il était de 200 euros. Les données du dernier rapport Ivass rapporté et compilé par Corriere della Sera et est l’effet de la recharge imposée par les compagnies d’assurance pour se défendre contre les nombreuses escroqueries. Avec 42,1 millions de véhicules assurés, la facture supplémentaire pour l’Italie est de 4,2 milliards : une charge qui sape notre compétitivité. 46% de ces 100 euros semble également être dû au fait que nous avons un plus grand nombre de sinistres , des routes dans des conditions pas toujours optimales et plus généreuses indemnisation en cas de victimes. Les 54 % restants sont moins explicables et pèse indirectementsur les contribuables, puisque la fraude et les escroqueries doivent être traitées par l’appareil judiciaire de l’État.

Méfiez-vous des politiques de fausse voiture disponibles en ligne

De nombreuses fausses politiques sont annoncées sur Internet. Au cours des trois dernières années, plus de trois cents sites d’escroquerie ont été signalés par la lvass, dont 224 étaient ceux qui ont fait l’objet d’une enquête du ministère public de Milan. Les seuls sites Web situés en Italie ont identifié jusqu’à présent compter la fraude d’environ 4 millions, environ 10 000 moyens illégalement. Beaucoup de ces sites montrent des graphiques ou des noms similaires aux entreprises les plus connues et même des numéros d’enregistrement à l’Ivass. L’escroquerie est presque toujours consommée en empochant le prix via la recharge d’une carte prépayée, qui est immédiatement vidée aux guichets automatiques, en échange d’un faux drapeau envoyé par e-mail ou avec un message sur votre téléphone. Mais dans l’intervalle, les données de l’homme fraudé et son support ont également été acquises, qui alorssont réutilisés pour créer d’autres fausses identités, noms de véhicules, cartes prépayées, nouveaux sites Web. Pourtant, ils continuent à vendre jusqu’à ce que l’autorité judiciaire intervienne.

Les escroqueries sont bien sûr non seulement au détriment des entreprises, mais à tous les automobilistes : si vous achetez une fausse police RC Auto sans vous en apercevoir, vous risquez de conduire un véhicule non assuré, d’encourir des amendes de plus en plus salées, la saisie du milieu et la décurtation des points sur le permis.

Selon les chiffres de l’Association nationale des compagnies d’assurance (Ania), 2,7 millions de véhicules circulent sur les routes italiennes sans couverture . En cas d’accident, les dommages sont indemnisés par le fonds d’accident de la route, alimenté par un prélèvement de 2 596 sur les primes payées par tous les souscripteurs.

Assurance auto RC

RC Auto escroqueries de politique : 1 500 plaintes à Milan Nos professionnels choisissent les politiques de voiture, famille Rc, maisonParfait pour vous.

Rien qu’à Milan, selon Corriere della Sera, il y a 1 500 fichiers ouverts pour les escroqueries RC Auto . Souvent, une fois que l’escroquerie est prouvée, l’entreprise transpose avec l’auteur un chiffre à titre d’indemnisation pour les dépenses encourues retire la plainte et rétablit le travail effectué par les enquêteurs.

fraude à risque La semble être de 22 % des réclamations : l’assurance a des bureaux de fraude spéciaux, mais pour voir le degré de fraude d’une réclamation, il faudrait accéder à une archive intégrée contenant des bases de données de tous les incidents soupçonnés, des témoins récurrents et de la chaîne criminelle. Dans le dernier rapport Ivass en 2018, les réclamations non réglées, parce que potentiellement frauduleuses, ont augmenté de 11% par rapport à 2017. Sur plus de 2,8 millions de sinistres, 22% sont à risque de fraude, dans le Sud jusqu’à37 %.

Sécurité routière : Au-delà du coronavirus, une épidémie mondiale est la mort sur les routes

épidémie mondiale comparable aux pires maladies dure depuis des décennies et partout dans le monde tue 3 700 personnes chaque jour. Ce sont les accidents de la circulation qui causent un million et 350 mille morts par an. Les plus touchés sont les pays les plus pauvres : avec seulement 60 % des véhicules dans le monde, 93 % des victimes mondiales, en raison de l’insuffisance des infrastructures et de l’absence de culture de la sécurité. Chaque année, dans le monde, la circulation cause 50 millions de blessés. Alors que l’Italie, l’Union européenne et certains pays développés, où les accidents sont la première cause de décès entre 5 et 29 ans, s’efforcent depuis des années d’améliorer la sécurité routière Une , dans les pays pauvres, cependant, le phénomène continue de croître et le risque de décès par accident est de trois fois plus élevé que dans les pays à revenu élevé.

La troisième ConférenceLa Conférence ministérielle mondiale sur la sécurité routière organisée par l’ONU et l’Organisation mondiale de la santé a réuni plus de 1 700 participants de 140 États en Suède du 19 au 20 février et s’est clôturée par la Déclaration de Stockholm sur les nouveaux objectifs pour 2030. L’Union européenne s’avère être la zone routière la plus sûre au monde, mais ce chiffre n’est pas homogène parmi tous ses pays. L’UE compte en moyenne 49 décès par million d’habitants, contre 93 décès par million d’habitants sur le Vieux Continent, 106 aux États-Unis et 174 dans le monde ; il y a plus de 200 victimes en Russie et plus de 250 en Afrique. En 2018, dernière année pour laquelle les statistiques comparatives les plus récentes sont disponibles, il y a eu un million de blessés et 25 100 morts dans des accidents de la route, soit 2 % de moins que les victimes par rapport à l’année précédente.

De 2001 à 2010, grâce aux règles européennes et nationales, le nombre d’accidents mortels esta diminué de 43 % et de 21 % entre 2010 et 2018. Dans l’Union en 2018, 6 400 personnes sont mortes par accident de moins qu’en 2010. Il y a deux ans, les pays européens ayant le plus faible nombre de décès par million d’habitants étaient le Royaume-Uni (28), le Danemark (30), l’Irlande et les Pays-Bas (31) et la Suède (32). L’Italie a enregistré 55, tandis que la Roumanie (96), la Bulgarie (88) et la Lettonie (78) étaient les plus à risque. Entre 2010 et 2018 dans l’Union européenne, il y a eu une baisse de 21 victimes par an par million d’habitants, avec la plus forte amélioration en Grèce (-45) et la plus grave aggravation à Malte ( 38).

L’ Italie comptait 20 décès de moins par million de citoyens. 46 % des victimes d’accidents de la route sont des conducteurs et des passagers, 21 % des piétons, suivis de 15 % des motocyclistes, 8 % des cyclistes et 3 % des cyclomoteurs. Les 7 % restants sont des camionneurs et autreschauffeurs. Les trois quarts des victimes sont des hommes. En 2018, l’Italie comptait 3 325 victimes, en baisse de 1,6 % par rapport à 3 378 décès enregistrés en 2017. Depuis 2000, le nombre de victimes a diminué de 56 %. Le chiffre italien est de six accidents mortels pour 100 000 véhicules immatriculés, soit une diminution de 60% par rapport à 16 en 2000. 43% des victimes italiennes de la route étaient en voiture, 21% motocyclistes, 18% piétons et 7% cyclistes. Les routes de campagne sont les plus meurtrières, avec 48% des décès de 2018, dans la ville il y avait 42% des victimes et 10% sur l’autoroute. Les principales causes des accidents mortels sont, dans l’ordre, la vitesse excessive, l’abus d’alcool et de drogues et la distraction des téléphones cellulaires .

Alors que la baisse moyenne du nombre de décès sur la route entre 2010 et 2018 a été de 9,2 %, le nombre de décès dus aux accidents de la route a diminué de 51 % pour les 0-14 ans, de 50 % pour les 15-17 ans et de 34 % pour les 18-20 ans. Lela réduction des décès dus à la route chez les jeunes s’explique en partie par une modification de la structure de la population et une diminution de l’utilisation des cyclomoteurs. En 2018, les jeunes étaient toutefois le groupe d’âge à risque le plus élevé en matière de traite, avec un taux de mortalité beaucoup plus élevé que la moyenne, avec 95 victimes par an par million entre 18 et 20 ans et 77 par an pour les 21 à 24 ans. Les personnes âgées courent également un risque élevé : plus de 75 victimes par million d’habitants, le taux de mortalité par accident est de 92. En raison du vieillissement de la population, la sécurité routière des personnes âgées sera de plus en plus problématique pour l’Italie à l’avenir.

Si les souffrances des membres de la famille des victimes sont incalculables, le coût social est très élevé. Pour chaque mort, il y a au moins cinq personnes qui restent invalides ou invalides de façon permanente, de nombreuses incapacités temporaires, avec des soins de santé et ont besoin de soutienà long terme. Un article paru dans Il Fatto Quotidiano du 24 février 2020 met également en évidence les aspects économiques. Selon une étude de la Banque mondiale sur les décès et les indicateurs économiques dans 135 pays, si les accidents de la circulation étaient réduits de moitié, les autres facteurs étant égaux, le PIB par habitant des pays les plus pauvres augmenterait de 15 à 22 % en 18 ans grâce à une productivité accrue. Si la mortalité routière était réduite de moitié, le PIB par habitant de 2038 augmenterait de 22 % en Thaïlande, de 15 % en Chine, de 14 % en Inde, de 7 % aux Philippines et en Tanzanie. Dans les pays à revenu moyen et faible, la mauvaise sécurité routière se traduit par une baisse de 3 % par rapport à la croissance annuelle du PIB par habitant. Selon les estimations du ministère des Infrastructures et des Transports, en Italie en 2018, les accidents de la route avec décès et blessures ont coûté 18,6 milliards, soit 1,1% du PIB national. Important à cet égard, une estimation de la Banque mondiale que, sur la basesur l’analyse de l’assurance maladie et la gestion des risques, indique que les pays seraient disposés à investir entre 6 % et 32 % sur 24 ans de leur PIB respectif pourréduire la mortalité et les conséquences du trafic .

LinkedIn

Suivez notre page pour suivre les mises à jour. Remplissez le formulaire pour demander des informations

—agrigentoAlexandriaanconaarezzpicenoastiavellinobaribarletta-andria-tranibellunobeneventobergamobiellabolognabolzano/bozenbresciabrindisicagliaricaltanissettampobassocarbony- iglesiascasertacataniacatanzarochietichomocosenaAcremonacrotonenneotonenneocosineochietichomonennaAtremonenochietiche- ErmoferraraFirenzefoggiaphorlì- cesenafrosinonegenovagoriziagrossetoimperiaisernial’aquilala épicéalecceleccolivornolodiluccamaceratamassa-carraramateramedioCampidanomessinamilanomodenamonza et brianzanapolinovaranuoroogliastraolbia-tempiooristanopadovapalermoparmapaviaperujapesaro et UrbinopesCarapiacenzapistoiapordenonePotenzapratoragusarareggio di Calabriareggio dans le Emiliarietiriminiromarovigosalernosassarisavonasiracusasondriotarantoternitorinotrapanitrentotrevisotriesteudinevalle d’Aostevaresevenziaverbano-cusio- Ossolavercelliveronavibo ValentiaViterbo Informations sur le traitement des données à caractère personnel conformément au règlement UE 2016/679

Conformément au règlement UE 2016/679, je déclare avoir pris connaissance de la politique de protection des données d’Assiteca S.p.A. et de toutes les sociétés du groupe et je consens au traitement des données personnelles conformément aux finalités indiquées dans la déclaration. Bientôt le consentement * * Pour activer le bouton de soumission, il est obligatoire de donner votre consentement au traitement des donnéespersonnel.

ARTICLES LIÉS