Accueil travaux Optimisation fiscale avec le travail

Optimisation fiscale avec le travail

Connaître la composante fiscale d’un instrument financier est très important pour pouvoir investir de manière consciente et éviter les mauvaises surprises (par exemple, obtenir un rendement nettement inférieur à celui que l’on imaginait ou même négatif, simplement parce que l’aspect fiscal n’a pas été pris en compte).

Bien sûr, il n’est pas facile de vous démêler dans la jungle bureaucratique de l’IRS italien.

A voir aussi : Taxe de travail déductible en 2020

D’ un point de vue très général, en Italie, l’imposition des rentes financières se caractérise par un impôt proportionnel et non progressif. C’est-à-dire que le taux est constant, quel que soit le montant imposable (c’est-à-dire le montant à imposer).

A lire en complément : Tout ce que vous devez savoir sur l'assurance accidents du travail

Revenus en capital et revenus différents

Les produits de nature financière peuvent être distingués en deux grands ménages :

  • Revenu en capital , c’est-à-dire le produit qui est payé passivement par l’utilisation du capital parce que :font partie de la structure du produit financier. Autrement dit : coupons et dividendes. Ce type de revenu est imposé immédiatement et, malgré son nom, ne génère aucun gain en capital.
  • Revenu différent de nature financière , c’est-à-dire revenu généré par la différence entre le prix d’achat et le prix de vente. Lorsque les investissements se sont bien déroulés, on parle de gain en capital (ou de gain en capital) ; dans le cas contraire, on parle de valeur minuscule.

Taux de TAXING

Passons donc à ce qui suit : combien les instruments financiers sont-ils imposés ? Voici les taux prévus pour les rentes financières selon le type d’investissement.

Taux à 0%

  • PIR (Régimes d’épargne individuels)

Taux à 12,5 %

  • Obligations d’État italiennes (BTP, BOT, CCT) et assimilées
  • Obligations d’État des pays blancs
  • Liste Bons d’intérêt postaux des prêts Cassa Depositi e

Taux à 20%

  • Fonds de pension complémentaire
  • PEP (régimes de retraite individuels)

Taux à 26%

  • Comptes courants bancaires, postaux et comptes de dépôt
  • Fonds communs de placement et gestion d’actifs (12,5 % pour la composante investie dans les obligations d’État)
  • Obligations bancaires et de sociétés (italiennes et étrangères)
  • FNB (12,5 % pour la partie investie dans des obligations d’État)
  • Actions (italiennes et étrangères)
  • Politiques liées à l’unité et à l’indice (12,5 % pour le parti investi dans les obligations d’État)
  • Produits de base
  • Forex
  • Options
  • Caisses de retraite des professionnels inscrits dans des caisses de sécurité sociale distinctes
  • Prêts pair-à-pair

Il y a d’autres impôts à payer sur les instruments financiers :

  • Ensemble de timbre sur les actifs financiers et les comptes de dépôt, égal à 2 pour mille de la somme investie pour les particuliers, tandis que pour les personnes morales, le plafond est de 14 000 euros. Sur les comptes courants et les livres d’épargne, le montant du droit de timbre est fixé à 34,20€ pour les particuliers et à 100€ pour les personnes morales. Les actions inférieures à 5 000 euros sont entièrement exonérées
  • Taxe sur la valeur des actifs financiers détenus à l’étranger (IVAFE) , est un impôt de 2 pour mille, calculé sur la valeur des produits financiers et due proportionnellement à la part de possession et à la période de détention. Sur les comptes courants et les livres d’épargne détenus à l’étranger, le montant de l’impôt est fixé à 34,20€ (pour les particuliers).
  • Tobin Tax , s’applique sur le transfert de propriété d’actions, d’instruments financiersla négociation participative et à haute fréquence et les produits dérivés. Le taux de transaction d’actions prévu est de 0,10 % sur le solde du solde positif net en fin de journée, tandis qu’il s’élève à 0,2 % pour les actions négociées sur les marchés dits « non réglementés » (OTC : Over The Counter). Enfin, en ce qui concerne les dérivés dont les indices ou actions italiens sont sous-jacents (contrats à terme, options, CFD, bons de souscription, bons de souscription et certificats), le taux est fixe et varie en fonction du type d’instrument et de la valeur du contrat.

  • Impôt sur les successions , affecte le transfert de biens et autres droits sur les biens mobiliers et immobiliers — soumis à succession — à la suite du décès du titulaire. L’impôt, en fonction du degré d’héritage des héritiers, prévoit trois taux distincts et des franchises conséquentes, c’est-à-dire des seuils dans lesquels l’impôt n’est pasdû.

COMMENT PAYER LES IMPÔTS SUR LES rentes FINANCIÈRES ?

Chaque épargnant peut choisir dans quelle mesure il faut s’occuper directement de la gestion fiscale de ses placements. En fait, il existe plusieurs régimes fiscaux qui diffèrent essentiellement par le type de relation entre épargnant et intermédiaire.

  • Régime administré. Dans le régime fiscal administré, les obligations fiscales — liées à la fois aux gains en capital et aux revenus en capital tels que les coupons et les dividendes — sont déléguées à l’intermédiaire, qui joue le rôle de substitut à l’impôt. Dans ce cas, l’épargnant encaisse un gain en capital net de la retenue à la source, sans autre obligation
  • Régime géré . Dans le régime de gestion de l’impôt sur l’épargne, où les choix de placement sont délégués à un gestionnaireprofessionnel, obligations fiscales sont toujours délégués à l’intermédiaire, qui agit comme un substitut à l’impôt — avec l’avantage que vous pouvez compenser les gains en capital et les minuscules (le dernier jour de chaque année que les impôts sont calculés sur le résultat de l’année civile). Cela signifie que si le portefeuille était globalement positif, mais que certains des investissements qui le composent étaient déficitaires, les minuscuits et les gains en capital compenseraient, réduisant ainsi le fardeau fiscal.
  • Régime déclaratif. Dans ce régime fiscal, l’investisseur a le soin de ramener chaque transaction dans le Modèle unique pour déterminer la taxe (qui, cependant, restera sans rapport avec la logique progressive de l’IRPEF). Cette option « bricolage » convient particulièrement aux investisseurs expérimentés qui savent gérer la collecte de documentation et la compilation correcte des différentes formesdéclaratif.

L’ importance de l’optimisation fiscale

A la fin de ce tour d’horizon des impôts liés aux investissements, il faut dire une chose : l’optimisation fiscale de ses investissements est importante, mais ce n’est pas le facteur le plus important.

Choisir un investissement plutôt qu’un autre pour des raisons fiscales est rarement une bonne idée. Toutes les choses étant égales, c’est sûr. Mais dans d’autres cas, il est beaucoup plus important d’investir en fonction des besoins et des objectifs, avec son propre horizon temporel et avec la capacité de tolérer les pertes.

Si cette publication est utile et bienvenue, s’il vous plaît abonnez-vous gratuitement à la newsletter hebdomadaire ou suivez-nous sur les réseaux sociaux (facebook).

ARTICLES LIÉS