Accueil Location Gros plan sur la location de meuble non proffessionnel et ses avantages.

Gros plan sur la location de meuble non proffessionnel et ses avantages.

Investir dans la pierre reste un moyen privilégié par de nombreux investisseurs, gros comme petits, pour faire fructifier leur capital tout en se positionnant dans un secteur dont les risques de pertes sont très limités en comparaison des produits financiers et boursiers soumis pour leur part à une forte volatilité. En effet, l’immobilier a su résister de façon admirable aux dernières crises, plus encore, il prospère littéralement en dépit des soubresauts de la crise covid et même la situation actuelle ne semble pas entraver cette situation, bien au contraire. Il existe de nombreuses manières d’investir dans l’immobilier, chacune répondant à des contraintes, des réglementations et une fiscalité spécifiques, dans lesquels il faut pouvoir se retrouver afin de définir celle qui nous correspond et se révèlera la plus avantageuse. À cet effet, nous vous proposons dans la suite de cet article un gros plan sur location de meublé non professionnel ou LMNP, qui, grâce à son statut particulier, offre notamment des avantages fiscaux majeurs, encore trop méconnus.

Qu’est-ce qu’une location meublée non professionnelle ?

Avant de nous pencher plus avant sur la fiscalité de la lmnp, commençons tout d’abord par la définir le plus simplement possible.

Lire également : Comment se débarrasser d'un locataire indélicat ?

Ainsi, la location  meublée non professionnelle consiste à investir dans un ou plusieurs appartements situés au sein d’une résidence de services, telles que les résidences étudiantes et de tourisme, pour ne citer que ces exemples, qui permettent de percevoir une rémunération trimestrielle. L’une de ses particularités majeures est que l’investissement LMNP permet de garantir un revenu locatif par le bail commercial signé avec l’exploitant du bien concerné. Mais surtout, c’est en raison de sa fiscalité que ce type d’investissement dans le secteur de l’immobilier est considéré, à juste titre, comme un vecteur d’investissement profitable aux avantages majeurs.

A voir aussi : Quel lit pour une chambre de 12m2 ?

En effet, a contrario des revenus réalisés grâce à la location directe d’un appartement, considérés par l’administration fiscale comme des revenus fonciers, les loyers perçus par le biais d’une location de meublé non professionnel relèvent des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).  Cette différence est loin d’être anecdotique, puisque cela relève de deux régimes fiscaux bien distincts. À ce titre, les revenus BIC n’auront pas la même fiscalité que des revenus fonciers classiques. Rappelons que pour calculer les impôts issus de revenus fonciers au trésor public, il faut se rapporter à sa tranche d’imposition, à laquelle il faut encore rajouter la contribution sociale généralisée (CSG) ainsi que la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS).

Le régime fiscal dont dépendent les revenus issus d’un investissement locatif de ce type sera défini par le montant de l’investissement réalisé dans des résidences LMNP. Ainsi, en dessous de 72 600 euros, c’est le régime micro BIC qui s’appliquera, si le montant de l’investissement est compris entre  72 600 euros et  789 000 euros,  dans ce cas, c’est le régime réel simplifié qui sera appliqué. Enfin, au-delà de ce dernier montant, la fiscalité dépendra dans ce cas du régime réel normal. Notons enfin qu’un dernier statut permet d’obtenir une réduction d’impôts pendant neuf ans, il s’agit du statut Censi-Bouvard.

ARTICLES LIÉS