Accueil Location Comment se débarrasser d’un locataire indélicat ?

Comment se débarrasser d’un locataire indélicat ?

Une histoire de loyer impayé Je ne suis pas Superman !

A lire également : Quelles sont les obligations du locataire ?

On me dit souvent que je ne raconte que les réussites de mes aventures immobilières. J’admets que c’est vrai. Je vais donc corriger le tir en vous racontant une histoire (raccourcie et simple) qui m’ennuie aujourd’hui quand j’y pense.

Tu auras une chance de voir que je ne suis pas Superman et que je ne parviens pas à chaque fois.

A lire aussi : Comment savoir si un contrat de bail a été enregistré ?

Je pense que c’était 1995 ou 96. J’étais un jeune investisseur immobilier et peut-être que je n’avais pas un peu d’expérience.

Un appartement très occupé d’une chambre a été vendu dans le 10ème arrondissement de Paris. Le propriétaire était en conflit avec le locataire, qui payait son loyer seulement quand il avait le temps (selon le vendeur), en raison d’un historique de la chaudière.

Sincèrement, je ne sais pas qui avait tort ou qui a raison. Tout ce que je sais c’est que non payé Le loyer s’empilait et le propriétaire était fatigué de cette histoire. Il ne voulait plus parler au locataire qu’il pensait être malveillant, et surtout, il voulait se débarrasser de l’appartement pour arriver à autre chose. Pour apprendre à bien investir dans l’immobilier, je vous propose mon forfait de formation IMMO. Il suffit de cliquer sur l’image opposée ou ici > . À très bientôt.

C’ EST POUR TOI !

Obtenez gratuitement la première édition du best-seller d’Olivier Sebon « Tout le monde mérite d’être riche » (234 pages bonus) !

jtndZm9ybSuymg1LdGhvzCuzrcuyMnBvc3Qlmjilmjbhybhy3rpb24lmqlmjjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjzjwm2q5c3jljtiyjjtiwdgfyz2v0jtnejtiyx3rvccuyMiuyMiuyMiuyMiuyTjtJTjtJTjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtj 9jbv9bgfzc19ry3mazznzckzjtjtvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvchvryyv90cmfja2fibgvfb2jqzwn0jtiy jtiwzgf0ys1rdc10exjbltnejtiyb3bnejlmjjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjjtjtjtjtm2q5c3jljtiyjtiyjtiyjtiyjtiyjtiyjtiyjtiyjtiyjtiwzgf0ys1 rdcuzymjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjitwlymphtuzymjtuzymjd3 vmdxveyveytocuyuzrsuwqsuwjvvvvvvvjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjveytocuymiuzrsuwqsuwqsuwqsuwqsuwqsuwqsuwqsuwqsuwq2luchv0 jtiwdhlwzsuzsuzrcuymnhqlmjjjgbjgbjgbjgbjgbjgbjgbjgbjgbjgbjgbjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjgbjjjjjjjjgbjjjjjjjjjgbjjjjjjjjjjjgbjjjjjjjjjjjjjjgbjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjgbjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjbmjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjj tjtjtjtjtjtwbmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm mmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmwwx1 zsuzrcuymmiuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuhv0 jtiwdhlwzsuzrcuymmnhrlehqljbjbjbmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzynzyn yxrpb24tdhlwzsuzrcuymmvtywlsjtiwcgxhyvob2xilmqlmjfbvbuqlmjfbvbuqlmjfbuyqmbuyqmbuyqmbuyqmbuyqmbuyqmbuyqmbuyqmbuyqmbuyqmbuyqmbuyqmbuyqmbuyqmbuyqmbuyqmbuyqmbuyqmbuyqmbuyqmbuyqmbuyqmbuyqmbuyqmbuyqmbuyqm qlmjlmjlmjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjtjv0dg9uxzfzfzfzfzfzfzfzfzfzfzfzfzfzfzfzfzfzkztztc3wy4dandax3wynv0daxrfynv0daxrfynv0rfyzgezxm2y3jm4m4m4m4m4m92 ntvmjti3jtbbjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjgljtjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjjtiwjtiwjtjtiwjtiwjtjtiwtiwtiwtiwtiwtiwtijlm0qlm0qlm0qlm0qlm0 almmjlzlmjjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtwtiwjtiwjtiwtjtwtiwjtiwtjtwtiwjtiwjtiwjt pdcuyocuyocuyosuzqiuwqsuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuxrljti4jti4zglzywjszwqlmjcl mmjb0cnvljti5jtncjtbjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtbmN0AW9 ujti4jtjtjtbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbjtiwjtiwjtiwjtiwtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwjtiwvbdhryawj1dglmjdkaxnhymcuyuyuyuyuqiwiwiwiwiwiwjuqiwjujowjuwqiwjuwqiw1dguyoqsuyMcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuymcuyMCUYMCUYMCUYMCUYMCUYMCUYMCUYMCUYMCUYMCUYMCUYMCUYMCUYMCUYMCUYMCUYMCUYMCU ilmjilmeelmjalmjalmjb0exbljtnejtnejtiyc3vibwl0jtiyjtfjtfjtfjtfjtfjta5vmwrlciuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqyuqqyuqyuqzrsuwqsuzq2rpdiuymcuzrsuzq3nww4lmjbgfzcyuzrcuthymcnqt3b0aw9uyjtnfjtndaw5 wdxqmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm mmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmjjjagvja2vkjtiy jtiy jtiwdhlwzsuzrcuymmnozwnrym94 jvdwqlmjalmkylm0ulmeelm0lmeelm0lmeelm0lmeelm0nsywjlbcuymgzvciuyummthcl9jagvyyummjagvyyummqtjtvtjjjtjtjtjtjjjjtjtjtjjjjjjtjtjtjjjjjtjtjtjtjjjjjjtjtjjtjtjtjjjjjtjtjtjjjjjtjtjtjjjtjtjtjtjmjzrsuzqv2tjtmmmmmmmm 4mmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmdhcufmmmdcummtcl9uymmthcuzzz5owfj2vwdgulmjbkzsuymhm2v2vwdgulmjbkzsuymhm2v2b2 LyjtiwTiwbGulmjbSaxzyzsuzqyrmvtjntjgfjgfjgfjgfjgfjgfjgfjgfjgfjgfjgfjgfjgfjgfjgfjgfjgfjgfjgfjgfjgfjgfjgfjgfjgFiw0ulmmMjbjbjgFiw0ulmjbjbjgfiw0ulmjbjbjgfjgfiw0ulmjbjbjgfjgfjgFw0ulmjbjgfiw0ulmgfujtnfjtjtjgl2gl2gl2gl2gl2gl2gl2gl2gl2gl2gl2 glkzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzwyjtiwjtiwjtbbjtbbjtbbjtbbjtbbjtbbjtbbjtbq-nwod== visité l’appartement en Présence du locataire. L’atmosphère était tendue, mais l’appartement était dans un bon État et entretenu. C’est un bon signe, car il montre que le locataire respecte les locaux. Bien que malveillant, les gens essaient généralement plus d’exploiter le système et de laisser les choses partir.

Quand on est sortis de l’immeuble, on en a bu un pour discuter du reste de cette affaire. Le vendeur était gentil, nous avons échangé quelques blagues et un climat de confiance s’est éclairci.

Je me souviens avoir reçu un rabais égal à 5 ans de loyer, essentiellement argumentant : que j’ai acheté son problème et pris le risque d’obtenir d’autres loyers impayés aussi, de me débarrasser de l’épine qu’il avait dans ses pieds.

Il ne sert à rien de se disputer d’autre chose. Le vendeur et moi savions la raison pour laquelle il voulait vendre, et les acheteurs n’ont pas pénétré pour acheter des loyers impayés !

Les solutions

Nous avons convenu à un rendez-vous que nous devrions signer dans le bureau du notaire. Il est très heureux de se débarrasser d’un locataire qui n’a pas payé, et je suis satisfait du prix obtenu, parce que j’ai senti que je ne prenais pas un grand risque pour plusieurs raisons :

Je pourrais résoudre le problème de la chaudière (s’il existe vraiment) et revenir à de bonnes bases, donner au locataire une compensation pour la sortie, ou lancez la procédure de déclenchement. Lorsque nous sommes partis, le propriétaire m’a demandé comment je pouvais résoudre le problème du locataire et des loyers impayés. Je lui répondis très naïvement : « Je le paierai pour partir !

 » Je me suis mordu la langue, mais c’était trop tard. Je lui ai donné la solution, et le vendeur ne s’est jamais présenté au notaire !

Je ne sais pas la fin de l’histoire, mais évidemment le propriétaire a dû être d’accord avec le locataire et lui donner 1 ou 2 ans de loyer (que j’avais prévu) en échange d’un départ rapide ou offert par une réduction significative sur les locations impayées.

De cette façon, le propriétaire a éliminé le problème, plutôt que d’imposer l’appartement. D’autre part, le locataire est allé avec une somme intéressante et tous ont oublié les loyers impayés.

En rejetant une telle proposition, le locataire a finalement démontré sa mauvaise foi (si tel était le cas), ce qui le placait dans une position délicate si une procédure d’expulsion devait être engagée.

Quelques leçons à tirer de cette histoire du loyer impayé

Si vous êtes émotionnellement impliqué, le contact est rompu, vous ne voyez plus la solution la plus évidente. Et quand tu l’as, personne n’est là pour l’écouter. En fin de compte, n’oubliez pas de se débarrasser du problème coûtera, et il ne s’agit pas seulement de l’immobilier. Tais-toi et ne partagez pas votre enthousiasme si vous avez la solution que quelques gagneront des dizaines de milliers d’euros. J’étais tellement heureux de faire cette bonne offre que je me suis donné la solution qui me semblait si évidente. négocier un prix qui vous permettra de compenser le risque, car n’oubliez pas que la première chose que vous achetez avant l’appartement est un problème qui doit être résolu. Et le jeu doit être la chandelle. Sinon, vous servirez le vendeur aux frais de votre compte bancaire en continuant à accumuler des locations impayées. Et toi, qu’aurais-tu fait ?

Tu as eu un loyer impayé ? Comment avez-vous résolu le problème ? Avez-vous une histoire à partager ? Toutes les expériences permettent d’aller de l’avant. Partagez-les en laissant un commentaire (voir en bas de la page). Veuillez respecter l’objet de l’article, sinon votre commentaire pourrait ne pas être validé.Merci.

ARTICLES LIÉS