Accueil Immo Comment interdire Airbnb dans une copropriété ?

Comment interdire Airbnb dans une copropriété ?

A lire en complément : Comment connaître l'état de santé d'une entreprise ?

Êtes-vous propriétaire d’un copro et fatigué de louer à court préavis ?

Nous pouvons comprendre… avoir un défilé d’étrangers différents chaque semaine, il ne fait pas toujours confiance.

A voir aussi : Pourquoi faire appel à un professionnel pour la construction de votre maison cubique dans le Nord ?

Il n’est pas nécessaire de généraliser les locataires – encore moins diaboliser – traversant des plates-formes comme Airbnb, mais il est vrai qu’il peut rencontrer des gens bruyants qui ne respectent pas l’endroit qui les héberge et encore moins avoir le sommeil des voisins…

Avez-vous le droit d’interdire aux copropriétaires de louer à court terme ?

En principe, non, car cela porterait atteinte aux droits de propriété des propriétaires. Mais comment pouvons-nous surmonter cet airbnb incessant qui perturbe la tranquillité du copro ?

Il existe plusieurs types de Possibilités :

    • Dans certains condominiums, les lois stipulent que certaines commandes sont exclues , comme les activités commerciales ou les locations de vacances. Dans ce cas, aucune incertitude, les locations Airbnb ne sont pas autorisées.
    • statuts peuvent également préciser la destination des parties privées de l’immeuble. Les Étant donné qu’ils sont principalement destinés au logement ou à la poursuite de professions libérales, nous pourrions également exclure les locations Airbnb dans ce cas, puisque l’objectif d’une location Airbnb est rarement chez soi.
  • Si ces options ne sont pas incluses dans les statuts, il existe une autre façon de les afficher sur un Assemblée générale annuelle à décider. Cette interdiction pourrait bien être incorporée dans le règlement intérieur. L’ interdiction des locations à court terme ne sera pas possible purement et simplement. D’autre part, l’interdiction des locations à court terme organisées professionnellement et systématiquement selon la jurisprudence la plus récente est tout à fait acceptable. Pour que la mention soit adoptée au cours du groupe de travail, il faut que les 3/4 des voix présentes votent pour elle !

ARTICLES LIÉS