Accueil Location Comment faire un avis d’expulsion ?

Comment faire un avis d’expulsion ?

Les principales étapes de la procédure de déclenchement

La déportation est certainement la mesure d’affirmation la plus impressionnante. L’objectif est de libérer les lieux forcés occupés par une personne qui n’a pas (ou plus) le droit de le faire. Le recours à l’huissier de justice est obligatoire en matière d’expulsion. La saisie professionnelle des décisions judiciaires, l’huissier veillera à ce que les droits du propriétaire des locaux et les droits du résident sans titre sont.

Très souvent, l’expulsion est envisagée lorsque l’occupant (dans ce cas un locataire) ne paie plus son loyer. Cependant, ce n’est pas la seule hypothèse. En fait, d’autres cas peuvent amener le propriétaire à demander l’exclusion d’un occupant de son bâtiment.

A découvrir également : Comment savoir si un contrat de bail a été enregistré ?

Une étape préliminaire : l’ordre de payer la clause de résolution

Si des loyers impayés apparaissent, le bailleur peut, dès le premier départ non rémunéré, provoquer un acte de l’huissier, qui le remet en mains, une ordonnance de payer la détermination incluse dans le bail (c’est-à-dire porter à l’attention du locataire ). En fait, dans le cas de loyer impayé, le propriétaire ne peut pas demander l’expulsion manuelle de son locataire.

Rent Command offre au locataire la possibilité de payer tous les loyers retardés dans les deux mois suivant le service. Si, grâce à ce temps, le locataire rembourse tous ses loyers et paie régulièrement les loyers, la procédure sera interrompue.

A découvrir également : Comment se débarrasser d'un locataire indélicat ?

Ce n’est que si les loyers impayés restent impayés (même partiellement si le locataire a effectué des paiements) que le propriétaire peut poursuivre la procédure à la fin de la période de deux mois prévue par le règlement de paiement en envoyant son locataire au tribunal de première instance.

assignation devant le tribunal de la magistrat

Contrairement à une idée assez commune de certains propriétaires, le simple fait qu’il n’ait pas payé son loyer ne permet pas à un huissier de justice d’exiger l’expulsion de son locataire d’un huissier de justice. L’expulsion étant un acte très grave, l’arbitrage par le juge est nécessaire. Ce dernier est chargé de vérifier le respect des droits de l’occupant et du propriétaire.

Pour comparaître devant le juge, le propriétaire doit émettre une demande de paiement et d’exclusion par l’intermédiaire d’un huissier de justice devant le tribunal compétent (le juge du tribunal de district ou le tribunal magistorat lui-même) . Il convient de garder à l’esprit que la date d’audience doit être d’au moins deux mois à compter de la date de la mise en accusation afin de se conformer aux exigences légales (la préfecture sera saisie dans ce délai de deux mois).

Une fois que l’audience ait eu lieu, le juge ou le tribunal peut ordonner l’expulsion de l’occupant (d’où le locataire) et lui ordonner de verser une indemnité d’occupation (au lieu des loyers). Cen’est qu’à partir de cette décision que la procédure d’expulsion commencera effectivement.

Soumission de la commande Quitter le terrain

La commande de quitter le site est l’acte qui marque le début de la procédure d’expulsion. Il s’agit d’un acte dans lequel l’huissier informe l’occupant, qui a fait l’objet d’une décision par laquelle il a été ordonné d’exclure, qu’il doit officiellement quitter les locaux pour une certaine date.

Plus précisément, il s’agit d’un huissier qui est livré à l’occupant et indique qu’il doit quitter les locaux dans un délai de deux mois (ce délai peut être fixé par la décision du juges). La date d’expiration du délai de deux mois doit être précisée dans la loi. D’autres informations concernant le débiteur figurent dans la présente loi, comme la possibilité de s’adresser au juge de l’exécution pour des délais ou l’adresse des autorités sociales.

Au terme de cette période de deux mois pour que l’occupant quitte les locaux, la procédure d’expigation suivra son cours si ce dernier continue de le faire.

Effacement après la commande pour quitter

Après l’expiration de la période de deux mois, l’huissier tentera d’expulser . C’est à l’huissier de justice d’aller sur place et de vérifier si l’occupant est toujours dans les locaux. Un rapport de tentative d’exclusion est alors généré.

À l’appui de ce protocole, l’huissier de justice répondra à la « demande d’application de la loi ». Il est nécessaire de demander formellement à la préfecture du département dont dépend le bâtiment occupé de fournir une assistance à la police ou à la gendarmerie pour accompagner l’huissier de justice pendant l’expulsion. Cette étape est obligatoire. La préfecture dispose d’un délai de deux mois à compter de la demande pour répondre à cette demande .

Une fois que l’assistance des services de détection et de répression a été accordée, une expulsion peut avoir lieu. Pendant l’expulsion, seuls l’huissier de justice, un serrurier et la police ou les gendarmes peuvent être présents. Il n’est pas possible pour les donateurs de participer aux opérations d’expulsion.

Que faire avec les meubles dans les locaux une fois que les locaux ont été effectués ?

Pour des raisons de sécurité, l’occupant n’est généralement pas informé de la date exacte de son expulsion. Le jour de l’expulsion, l’occupant n’a pas nécessairement d’arrangements mettre ses affaires dans des boîtes, démonter ses meubles et les transporter ailleurs. Dans ce cas, l’huissier peut buer les meubles dans les locaux loués et le faire transporter à un endroit désigné par la personne désignée ou dans d’autres locaux (par exemple, un gardien de meubles).

La personne expulsée aura alors un délai d’un mois pour recouvrer tous ses cas . Après ce délai, une audience est tenue devant le pouvoir judiciaire d’exécution pour décider du sort des meubles qui n’auraient pas été restaurés après la période de deux mois. Le juge peut soit les déclarer abandonnés, soit ordonner leur vente aux enchères.

avez d’autres questions sur la procédure d’exportation, vous pouvez contacter notre étude de l’huissier de justice de Versailles au 01 39 50 02 77 ou par e-mail en cliquant ici. Si vous

UNE URGENCE ?

Vous pouvez immédiatement contacter un huissier de justice au 06 33 86 27 13 .

NOS HORAIRES

Du lundi au vendredi 8:30 – 19:00
samedi sur rendez-vous
Dimanche sur rendez-vous

01.39.50.02.77

TROUVEZ-NOUS

5 bis rue Sainte-Sophie — 78000 VERSAILLES

NOS COMPÉTENCES

CONSTATATIONS

Chaque année, notre étude du Des huissiers de justice à Versailles des centaines de conclusions pour le compte de particuliers ou d’entreprises. Qu’il s’agisse de résultats de localisation, de l’état des lieux ou d’observations sur Internet, l’étude vous accompagnera et vous conseillera de protéger vos intérêts et de signaler les preuves qui vous sont utiles.

SIGNIFICATION

Chaque année, notre étude des huissiers de justice à Versailles réalise des centaines de services à la demande de particuliers et d’entreprises (services décisionnels, saisies immobilières ou actes divers…). Nos deux clercs assermentés et les trois membres du personnel de l’étude permettent de couvrir l’ensemble de la zone sous notre juridiction.

MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS

Notre étude sur les huissiers de justice effectue l’exécution forcée de toutes les décisions portant la formule exécutoire, et ce assure le respect des deux intérêts du créancier en tant que débiteur.

EXPULSION

Notre étude des huissiers de justice à Versailles, Versailles, reprend le loyer impayé dès le début de la procédure : du commandement de payer les loyers visant la clause de résolution au protocole d’exclusion, nous intervenons pour défendre les intérêts du propriétaire et se retirer du tribunal.

ARTICLES LIÉS