Accueil Immo Tout savoir sur la fiscalité immobilière en Suisse

Tout savoir sur la fiscalité immobilière en Suisse

La Suisse, avec son économie stable et son cadre de vie attrayant, attire de nombreux investisseurs dans le secteur immobilier. Cependant, avant de se lancer dans un tel projet, il est essentiel de bien comprendre les particularités du système fiscal suisse.

La fiscalité immobilière en Suisse englobe plusieurs aspects, allant des impôts sur la propriété aux taxes sur la plus-value immobilière. Dans cet article, nous parcourons les principales spécificités de la fiscalité immobilière en Suisse pour vous aider à mieux appréhender ses mécanismes et préparer au mieux votre stratégie d’investissement.

A lire également : Pourquoi choisir Sallanches pour votre location d’appartement à l’année ?

Les différents types d’impôts liés à la possession de biens immobiliers

Il existe plusieurs types d’impôts liés à la possession de biens immobiliers en Suisse. En effet, les propriétaires sont soumis à diverses taxes tant sur le plan fédéral que cantonal et communal. Parmi ces taxes, on retrouve :

  1. L’impôt foncier : Il s’agit d’un impôt annuel perçu par les communes et calculé sur la base de la valeur fiscale du terrain.
  2. L’impôt sur la valeur locative : Ce type d’impôt concerne les propriétaires qui habitent leurs propres biens immobiliers. La valeur locative est ajoutée au revenu imposable du propriétaire.
  3. L’impôt sur les transactions immobilières : Les cantons peuvent aussi percevoir un impôt sur les transactions immobilières lors de la vente, l’achat ou le transfert d’un bien immobilier.

Ainsi, si vous êtes propriétaire ou envisagez de le devenir en Suisse, il est important de prendre en compte ces différents éléments dans vos calculs financiers et budgétaires. Pour mieux comprendre ces aspects spécifiques, il peut être intéressant de s’appuyer sur des experts de l’immobilier tels que Millenium Properties, qui pourront vous conseiller efficacement.

A voir aussi : Comment éviter les impayés de loyer ?

Taxes sur la plus-value immobilière : les taux et l’importance de la durée de détention

La plus-value immobilière fait également l’objet d’une taxation en Suisse. Cette taxe s’applique lors de la vente d’un bien immobilier et correspond à la différence entre le prix d’achat et le prix de vente du bien. Plusieurs facteurs influencent le calcul de cette taxe, dont la durée de détention du bien, les dépenses liées aux travaux et rénovations ainsi que les frais liés à l’acquisition et à la vente.

Selon les cantons, les taux d’imposition sur la plus-value immobilière peuvent varier  : certains cantons appliquent un taux proportionnel unique, tandis que d’autres optent pour un taux dégressif en fonction de la durée de détention du bien. Plus la durée de possession est longue, moins le taux d’imposition est élevé. Il est donc crucial de se renseigner sur les spécificités cantonales en matière de fiscalité immobilière avant d’investir.

Exemple de calcul

Supposons que vous avez acheté un bien immobilier pour 500’000 CHF et que vous le revendez pour 700’000 CHF après six ans. La plus-value réalisée est donc de 200’000 CHF. Dans ce cas, imaginons que votre canton applique un taux d’imposition dégressif de 30% sur la plus-value pour une détention de moins de cinq ans, puis une baisse de 5% par année supplémentaire.

Pour un bien détenu pendant six ans, le taux applicable serait donc de 25%, soit un montant d’impôt sur la plus-value de (200’000 x 25%) = 50’000 CHF.

La fiscalité lors de l’achat d’un bien immobilier

Lorsque vous achetez un bien immobilier en Suisse, vous devez également tenir compte de différents frais et taxes, dont :

  • Les droits de mutation : Il s’agit d’une taxe perçue par les cantons lors de la vente d’un bien immobilier, variant entre environ 1% et 3,3% du prix de vente.
  • Les frais de notaire : Ils correspondent notamment aux honoraires du notaire ainsi qu’à diverses taxes communales.
  • La TVA sur les biens neufs : Pour les biens immobiliers neufs ou ayant fait l’objet de rénovations majeures, il convient d’ajouter la TVA, généralement fixée à 7,7% en Suisse.

Prendre en compte ces éléments vous permettra d’éviter de mauvaises surprises lors de votre acquisition immobilière et de mieux anticiper les coûts liés à l’achat.

Déductions possibles pour alléger la pression fiscale sur les propriétaires

Afin d’alléger la charge fiscale liée à l’investissement immobilier, plusieurs déductions sont possibles. Les propriétaires peuvent notamment déduire :

  • Les intérêts hypothécaires : Ils correspondent aux coûts de financement de l’achat du bien et sont déductibles des revenus imposables.
  • Les charges d’entretien et de rénovation : Selon certaines conditions, les dépenses liées à l’entretien courant et aux travaux de rénovation peuvent également être déduites du revenu imposable
  • L’amortissement direct du bien : Il s’agit du remboursement du capital emprunté pour acquérir un bien immobilier, qui est déductible dans certaines limites.

Ainsi, si vous êtes propriétaire ou envisagez de le devenir en Suisse, il est recommandé de se renseigner sur les déductions dont vous pouvez bénéficier afin d’optimiser votre fiscalité immobilière.

ARTICLES LIÉS